Naruto no Yarinaosu
Konnichiwa à vous, sur le forum de Naruto Yarinaosu. J'espère que vous allez passer un bon moment dans la guerre qui oppose tous les villages ninja et les organisation qui sont enfin sortit de l'ombre. Votre village est dans une période sombre et seul vos talents de ninja pourront le sortir de cette mauvaise passe. Accomplissez de nombreuses missions, affrontez des ninjas de tout les pays, partez à la conquête du monde de Yuukan, tout en vous amusant et en prenant du bon temps.

Ps : Si votre présentation ou un début de présentation n'est pas effectué dans les 10 jours qui suit votre inscription, votre compte sera supprimé pour un meilleur gestions. Merci de bien vouloir nous comprendre.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il faut un commencement à tout...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rineko Ikoga
Anbu de Kiri
Anbu de Kiri
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 23
Localisation : Anbu ... Kiri no Sato *o*

Fiche ninja
Niveau: 1
Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Chakra:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Il faut un commencement à tout...   Mar 29 Juin - 2:05


L
e chemin avait été long, avec de multiples paysages et des villages détruis. Cette arme ultime avait vraiment fait des ravages, des villages étaient maintenant déserts, des animaux disparus de leur milieux naturels, des habitations qui ne sont plus que des tas de pierres, des arbres à terre, plus d’eau dans les ruisseaux. Tout cela était ce que Rineko venait de voir tout le long de son voyage entre son ancien village et le nouveau où elle allait. Son cher village qui lui aussi avait été ravagé par un groupe de ninjas, son lieu de naissance, toute son enfance, ses amis, sa famille, tous étaient partis ce jour là sans qu’elle ne puisse faire quelque chose. Sans oublier cette marque sous son œil qui la suivait coûte que coûte, qui ne disparaissais pour rien au monde et qui se reflétait dans chaque flaque d’eau lorsque qu’elle se regardait. Bien qu’elle avait essayé de multiples méthodes pour l’enlevait, rien n’y faisait, juste cette atroce douleur qui revenait la hanté pendant des nuits... Mais maintenant tout cela allait cessé, Rineko avait enfin quitté son village et était amené à un nouveau. En arrivant devant les portes, elle vit une inscription sur celle-ci « Kiri no Sato », voilà donc où on l’amenait. Elle aperçu dans le village Kiri, des jeunes villageois âgés de quelque années jouant à s’attraper, de l’autre côté il y avait des adultes fabriquant les habitations, l’école du village… Tout était en train d’être reconstruit, tout ce qui avait été détruis reprenait vie. L’on pouvait voir le désespoir sur certains visages et d’autres un sourire pleins d’espoirs. « Les gens sont tous différents, mais ils cachent tous au fond d'eux un grand nombre de mensonges ou de secrets. » pensa t-elle. La jeune fille continua d’avancer, guidée par un shinobi du village faisant sûrement lui aussi partie de l’Anbu. On lui avait dit peu de temps auparavant que vu son expérience et son niveau, elle ferait partie du groupe de l’Anbu et que si elle voulait retrouver l’homme d’on elle est à la recherche, Rin-chan allait devoir à tout pris aider le village, surtout faire des missions. Entre temps elle vit des oiseaux qui survolaient le ciel entre les nuages et au côté du soleil, qui tapait aussi fort qu’il pouvait. Il faisait chaud, trop chaud… mais les villageois ne faisaient pas attention à ça et ne s’arrêtaient pas de travailler. Rineko continua de regarder de droite à gauche les moindres détails du village, soudain elle s’arrêta sur une grande bâtisse. Ikoga-san comprit de suite que c’était le bâtiment du Kage. Il avait l’air de ne pas avoir était tellement endommagé, les signes « Kiri no Sato » y été encore une fois inscrit.

- Dépêchons-nous, dit soudainement le shinobi.

P
uis ils continuèrent leur route en direction du bureau du Mizukage, croisant un bon nombre de villageois, les évitant sans jamais ne s’arrêter pour autant. A peine avait-elle eu le temps de contempler le reste du paysage qu’elle arriva devant un long couloir avec divers tableaux d’ancien shinobi, ou bien d’ancien Kage. Tout d’un coup, Rineko stoppa devant un tableau, c’était un jeune homme avec des cheveux en bataille retenus par un bandeau noir avec une cicatrice sur tout son œil droit traversant le long de sa joue. C’est principalement cette marque qui intrigua Rin… Mais elle remarqua assez vite que ce n’était pas la même que la sienne et continua son chemin. Quelques minutes plus tard, tous deux s’arrêtèrent devant une porte inscrite « Bureau du Kage ». Le shinobi toqua à la porte… Un « entrez ! » d’un ton sec et précipité fut répondu. Comme demandé par le jeune homme, Rineko empoigna alors la poignet de la porte et l’ouvrit petit à petit, délivrant à ses petits yeux un grand bureau remplis de papiers recouvrant un bureau presque invisible ou méconnaissable. De l’autre côté un grand siège était tourné en direction des fenêtres donnant pour vu tout le village. Au dessus de tout cela, le long des murs, une multitude de tableaux y étaient aussi accroché. Pour Rineko, il lui était tous inconnus mais vit pour la deuxième fois le tableau du jeune homme avec la cicatrice. Puis le siège se retourna, délivrant ce même homme sur les tableaux devant Rineko. Sans vouloir rester dans cette atmosphère plus longtemps, Ikoga-san se présenta aussitôt :

- Je suis Ikoga Rineko… Je… Je viens…

Ne pouvant pas regarder plus longtemps le Kage qui la fixait et voulant éviter de scruter sa cicatrice, elle baissa alors la tête et se tut sans faire trop de mouvement, mais jouant légèrement avec ses pieds afin de cacher son anxiété. Serrant dans son dos un petit masque Blanc, bordé de dessins. La larme y avait été spécialement redessinée, le contour des yeux était d'un rouge sang ainsi que deux traits de même couleur, de chaque côté de celui-ci y avait été gravés. Ce masque permettrait à Rineko de cacher son visage lors d'une de ses prochaines missions, lui avait-on expliqué au cours de son voyage, c'était un atout des Anbu's... Entre temps plusieurs questions tourmentèrent la jeune fille « Serais-je à la hauteur de leur attente ? Vais-je vraiment le retrouver !? Qu'a t-il voulu me dire ce jour là en parlant de "vérité" ? » lui faisant oublié les gens autour d'elle...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~ PnJ ~



Messages : 7
Date d'inscription : 13/03/2010

MessageSujet: Re: Il faut un commencement à tout...   Sam 28 Aoû - 23:16



U
n grand honneur pour un grand homme ! C'était les parole que me répétait souvent mon frère quand il jouait avec moi, alors que je n'avait encore que 7 ans, des cheveux long aux couleurs des roses, des yeux rouges au teinte de feu, et un sourire qui illuminé mon visage. J'ai longtemps vécu près des personnes les plus forte de mon village, et c'est encore le cas aujourd'hui. C'est à l'âge de 12 ans que mon frère eu le privilège de s'entraîner avec le Mizukage-sama, le ninja ayant la capacité de faire sortir des tréfonds de la terre des sources d'eau inépuisable. Je voyais mon grand frère devenir petit à petit un guerrier, devenir un homme et ainsi devenir le nouveau Mizukage. C'est long année de travail et d'entraînement étaient aussi rythmé par les occasions qu'il trouvait pour venir jouer avec moi, et me rendre plus forte sans m'en faire vraiment voir le travail fournis. Avec l'âge il s'était un peu éloigner de moi, ses obligations aussi venaient nous écarter encore un peu de cette intimité dont nous faisions part tout les deux, mais bien que cette distance de grade, nous avons toujours sus garder des liens très fort. Je crois bien que c'est ce jours qu'une "chose" à bouleversé nos liens.

C'était un jour comme les autres, les oiseaux chanté en saison d'été, les poissons nagé dans les courants vifs et clairs, et les ninja passer leur temps par la découverte des commerces ou des journées aux sources thermale quand ils ne se trouvaient pas en mission. Un en jour aussi banale, je prenais l'habitude de rendre une petite visite à mon grand frère dans son bureau, bien qu'il n'aimait pas ça, il n'avait pas le choix. Pour la première fois son bureau se trouva vide à mon arrivé, pas une seul trace de lui, avait il prit la liberté de s'évader quelques s'instant de son poste pour respirait l'aire frai des environs, ou apprécier un bon saké au salon de thé juste à coté du batiment ? Tout cela, je ne le savait pas mais une idée me vaint en tête, comme pour jouer un peu avec lui, repensant à tout les jeu d'enfant que nous partagions et dont elle avait la spécialité, le vol d'identité. à l'époque nous devions prendre l'apparence de quelqu'un de banale et ne pas se faire retrouver par l'autre, mais aujourd'hui c'est son apparence que je prendrai. Installé dans son fauteuil bien confortable, j'entendis des pas dans le couloir et sans avoir vraiment le temps de bien tout préparé, je prit l'apparence de mon frère le siège tourné vers la fenêtre pour faire plus mystérieux. Une personne tapa à la porte et masquant ma voix le plus vite possible, en imitant celle de mon frère, je répondis au ninja d'entrer avec un ton sec, vif et un peu précipité. La personne qui entra dans la piéce n'était pas le même ninja que celui qui avait frapper à la porte, tout cela je l'avais deviné par la force du coup de poigné et en regardant l'apparence de la kunoichi se trouvant sous ses yeux. Elle était très belle, même trop belle, et au même instant une chaleur prit naissance dans son cœur, comme un coup de poignard d'une lame empoisonné.

Durant tout mon enfante et toute ma vie, j'ai vue les kunoichi passer dans l'existence de mon frère et je ne savais pas vraiment comme cela c'était produit mais un sentiments particulier était née en moi. En voyant cette jeune guerrier, je compris que si mon grand frère la voyait, mes sentiments ne serai jamais réciproque entre nous. La larme qui se trouvait sous l'un des ses yeux rajouté un charme à sa personne, et tout cela je ne pouvais le tolérer. Une fois face à moi, elle prit la parole pour se présenter, mais ne finis pas sa phrase, sans doute intimité par la carrure que représenté l'image du Mizukage. On ressentait en elle une peur de décevoir ou encore de anxiété et du stresse, comme le manifestaient les mouvements de ses jambes. Cette brèche ne pouvait pas aussi bien tomber :

"Je suis Ikoga Rineko… Je… Je viens…"

Ses yeux se fixèrent sur le sol, intimidé par le regard fixe que je lui offrais, ce qui était vraiment compréhensif, du fait aussi que mon frère possédé une cicatrice qui le rendait encore plus virile et puissant à mes yeux. Quand la voie est ouverte, il faut suivre le chemin tracé, comme on dit par chez nous, et sans perdre un instant je sortit du siège sans le bouger et me retrouvais derrière elle dos à dos, les cheveux encore à l'horizontale et tombant petit à petit, sans doute en la marquant de cette vitesse par la même occasion :

"Ikoga c'est bien ça, et tu as été mit au titre d'Ambu. Le mérite tu vraiment ? Si j'ai bien lu les information qui te concerne tu es à la recherche d'un certain ninja, celui qui ta causé cette blessure...", tout en sortant un kunai de ma poche et lui pointant de la pointe de celui-ci sa balafre "... et bien nous avons récupérer des informations sur celui-ci. Je ne sais pas si faut vraiment que je te les disent voyant les derniers résultat avec lui, mais bon je ne suis pas responsable de ta vie. Voilà ta mission; des informateur nous on communiqué que cette homme se trouvait en chemin pour "Les 5 lacs sacrés" au nord de notre village, trouve le et ramène le, mort ou vif"

J'avais eu de la chance de trouver cette ordre de mission sur le bureau de mon frère, qui est 24h/24h très bien rangé, un autre point en lui qui me charmé. D'un simple signe de la mains je lui dit de repartir, comme l'aurait fait toute autre personne sauf le vrai Mizukage. De cette manière, j'espérais la faire détesté mon frère ou au moins ne pas suivre à des avance possible, mais seul le futur me le dira et je serai là pour changer ça s'il le faut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rineko Ikoga
Anbu de Kiri
Anbu de Kiri
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 06/06/2010
Age : 23
Localisation : Anbu ... Kiri no Sato *o*

Fiche ninja
Niveau: 1
Vie:
1000/1000  (1000/1000)
Chakra:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Il faut un commencement à tout...   Mar 31 Aoû - 7:32

Quelques minutes après sa rencontre avec le Mizukage, Rineko se retrouvait de nouveau dans ce couloir remplit de cadre. Face au sien fixant ses yeux, elle se rappelait son geste lorsqu’il lui avait donné sa mission. La pointe du Kunai en suspend sous son œil, presque sur le point de piquer et faire saigner de nouveau cette blessure. Bien sûr, il ne l’avait pas fait, mais tout cela commençait à rappeler le sentiment de douleur qu’elle avait eu lors de cette affreuse journée. Essayait-il de lui mettre la pression en faisant cela ou de la faire peur, ou encore la détestait-il. Sous un soupir léger et quittant le palier de la porte, Rineko alla en direction de la porte par laquelle elle était venue. A peine le pied posé, le regarde levé, elle vit le village dans toute sa splendeur. Il est vrai qu’il était beaucoup abimé à cause des dégâts, mais l’on voyait nettement qu’il avait sa beauté d’avant et que tout le monde faisait de son mieux pour réparer le réparer. Surtout que ce n’est pas très pratique étant donné que les shinobis de hauts étaient partis en mission, il fallait aussi ne pas perdre trop de temps et les accomplir. Ça n’allait pas être les petits nouveaux qui allaient le faire, impossible… Une bouffée d’air fraiche vint frotter le visage de Rineko, lui donnant une fraîcheur avec un sentiment différent que celle dans les autres villages. Celui faisait plus que du bien, elle avait même l’impression qu’il lui donnait du courage. Entre temps, elle reprit son sérieux et repensa à la mission ; il l’avait retrouvé ! Sans compter qu’il ne lui avait pas caché ce qui la rendait plus qu’heureuse, mais encore en plus, il l’avait assigné à la mission de le retrouver. Seule sans personne pour la déranger et comme il l’avait dit mot pour mot « mort ou vif ». Elle pouvait si elle le souhaitait, le tuer et être soulagée de cette douleur ressentit durant toutes ses années, entre la faiblesse de n’avoir rien pu faire, de ne pas encore pouvoir se venger, de la marque surtout. Chaque fois qu’elle repensait à lui pour ne pas oublier son visage, la cicatrice lui relançait de nouveau. Des fois, elle avait tellement mal qu’elle désirait refaire un coupure par-dessus pour diminuer la douleur, drôle d’idée.

« Voilà ta mission; des informateurs nous on communiqués que cet homme se trouvait en chemin pour "Les 5 lacs sacrés" au nord de notre village, trouve le et ramène le, mort ou vif » avait-il dit. Tout en souriant, elle commença à réfléchir à la direction des 5 lacs sacrés. Il ne fallait pas oublier que la jeune fille ne sortait pas beaucoup ou n’allait pas plus loin que le village voisin. Donc elle ne savait pas où se trouvait ses 5 lacs sacrés. Désespérée de s’en rendre compte, elle s’appuya sur un mur afin de réfléchir avant d’être dérangée. C’était une jeune femme enceinte, elle ne lui voulait rien de mal, elle voulait juste savoir si elle allait bien. Celle-ci ajouta que Rin-chan était assez pale et lui proposa de manger quelque chose avec elle. « Qu’ils sont gentils ici ! » pensa Rineko. Quelques secondes avant de lui suivre, elle regarda la fenêtre du bureau du Mizukage, mais on n’y voyait rien. « Il devait surement s’être de nouveau installé dans son fauteuil après s’être autant amusé », suggéra t-elle dans sa tête. Puis elle suivit la femme, elle était très jolie et avait des yeux bleus, ils rappelaient divinement la sensation de regarde un océan au repos. Tout le monde pouvait les regarder pendant des heures personne ne s’en lasserait… Enfin, ce n’était que ce dont pensé Rineko. Elle lui offra une boisson et des takoyakis. Cette dame avait vraiment bon cœur pour offrir quelque chose à quelqu’un qu’elle ne connaissait même pas, n’avait-elle donc pas peur de Rin-chan. Puis Rineko remarqua que le temps passé et il fallait qu’elle trouve se lieu, les 5 lacs sacrés, elle pensa alors de lui demander. C’est ce qu’elle fit, par chance elle lui expliqua d’aller voir à la petite bibliothèque du village. Elle avait rajouté qu’elle n’était plus en très bonne état, mais on trouvait encore ce que l’on cherchait. Au moment où elle arrive devant cette bibliotheque qui faisait largement plus vieille archives ou maison en destruction… La jeune fille comprit pourquoi la villageoise lui avait dit cela. Elle poussa tout doucement ce qui restait de la porte qui pour dire ce mit à grincer comme pas possible et entra en signalant son arrivée. Personne, pas de réponse. Posa ses doigts au niveau de ses cheveux, se frotant légèrement la tête en se demandant si elle n’avait pas été abandonné. N’ayant pas plus de réponse, elle se permit de chercher un livre avec des cartes ou une grande carte en elle-même. Tout était étalé dans la pièce, comment pouvait-elle trouver ce qu’elle chercher alors que la chambre d’un homme y ressemblerait. Elle se mit à plaindre les livres en même temps, Rineko aimait respecter les choses malgré tout ce qu’elle avait perdue inutilement. Soudain, elle tomba sur une carte et entendit la voix d’un homme derrière elle. La demoiselle sursauta et se mit à crier, avant d’y être arrêtée par la paume d’une main. L’homme s’excusa, il était jeune et en vue de son tablier, il devait être le libraire. Rineko soupira un gros coup et tenta de se calmer, il lui avait fait tellement peur… Peur ? Elle se rendit compte que depuis l’évênement elle prenait facilement peur. Ça ne lui ressemblait pas, elle devait se forger un caractère solide surtout si elle allait bientôt le voir. Elle prit la carte, demanda si elle pouvait la garder en même temps qu’elle se retournait et vit le libraire la regarder bizarement. Avait-elle quelque chose d’étrange sur le visage, se questionna t-elle. Puis, il reprit ses esprits et lui dit qu’il n’y avait pas de soucis. Avant de partir, Rineko lui laissa son nom afin de lui rendre la carte comme il se doit. Elle pouvait enfin y aller !

Un pied en avant puis l’autre qui suit, regardant la carte de tous les sens essayant d’y trouver le sens. Rineko avait envie de la jeter par terre à force de ne pas vriament savoir la lire, personne ne lui avait appris… On ne pouvait pas lui en vouloir ! Soudain elle aperçue un signe sur la carte et d’un dicton de sa mère : « Un jour si tu dois trouver ton chemin sache que le soleil indiquera le village du sable ». Un sourire réapparut et elle sut enfin comment tenir cette foutue carte. Elle la posa à terre et fit le tour afin de trouver ces « 5 lacs sacrés »… un doigt en suspend, naviguant de haut en bas et se décalant légèrement sur la gauche petit à petit avant d’être arrêtés par un dessins d’un grand arbre entouré de 5 lacs. C’était là-bas où se trouvait les « 5 lacs sacrés ». Sans perdre une minute de plus, elle mit la carte dans son sac à dos et pressa le pas. La jeune fille n’avait pas beaucoup de chemin à faire, le Mizukage n’avait sûrement pas menti, après tout il l’avait dit qu’il ne serait pas loin du village de Kiri attendant que Rin-chan le retrouve. Ce souvenir de tout cela l’a mit en rogne, elle voulait enfin en finir avec lui. Elle savait qu’elle ne pourrait en aucun cas tenir sa rage si elle se retrouvait face à lui ! Il devait payer une bonne fois pour toute pour ce qu’il avait fait… Sur le coup elle se mordit la lèvre et s’essuya du bout de son doigt. Rouge, d’un rouge donnant l’impression de pouvoir attirer tout être assoifé se trouvant à des centaines de mètres. En parlant de centaine de mètre, Rineko n’était plus très loin de l’endroit prévu, elle avait longé un cour d’eau afin de dissimuler les petits bruit qu’elle faisait et être cachée. Il ne fallait pas non plus que ce soit elle qui se fasse tuer, sinon toutes ces dernières années ne lui auraient rien servis… Comme on le lui avait appris, elle remarqua dans la terre des traces de pas et des branches cassées, voyant ces marques, elle surveilla derrière elle. On ne sait jamais concentré par ce qu’il y a devant on en oublie le reste. Au même instant, Rin-chan mit son masque d’Anbu après tout, s’en était un peu une fierté et si lui ne se souvenait pas d’elle, ce dont elle n’esperait pas vraiment. Mais, si s’était le cas alors elle pourrait mentir afin de lui donner un coup fadal indirectement. Dans les combats, tout est possible et autorisé, surtout dans cette situation. Afin de ne pas être démasquée, elle se planqua en haut d’un arbre lui permettant de voir mais de ne pas être vue. Elle était maintenant aux « 5 lacs sacrés » comme un animal attendant sa proie. Elle avait calmé son souffle au point de ne pas l'entendre ou le sentir, masquée son odeur et fixée sa route sans oublier d'écouter le moindre petit son...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il faut un commencement à tout...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut un commencement à tout...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour parler de soi, il faut parler de tout le reste. ♦ Jack&Aby
» [PV] Il ne faut pas croire tout ce qu'on dit... ni tout ce qu'on lit {Leevo}
» Il faut dérouiller tout ça !
» Faut-il, à tout prix, privilégier la politique sur l’économique en Haïti?
» L. CATALINA MEERY ✿ > Il faut dire à tout esprit naissant qu'aucune cause ne vaudra jamais la mort d'un innocent [100%]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Yarinaosu :: :: Villages ninja cachés :: Kiri no Sato :: Bureau du Mizukage-
Sauter vers: